Charroux – Rassemblement pour un Manifeste

Ce samedi 22 octobre s’est tenu sous le doux soleil d’automne à Charroux, village classé parmi les plus beaux villages de France, un rassemblement organisé par le conseil départemental et le Collectif Allier Citoyens (CAC).

Plus de 500 personnes avaient fait le déplacement ainsi que de nombreux membres des associations adhérentes du CAC.

Après que l’assistance se soit massée au belvédère, le président du CAC, Jean-Michel Desmon après avoir remercié les élus, les associations présentes, le conseil département et le public venu nombreux ce samedi matin, a rappelé que le collectif avait vocation à informer les élus et la population sur les réalités de l’éolien qui est trop souvent présenté comme l’unique solution à nos problèmes de transition énergétique. Il a également insisté sur le fait que le collectif n’est pas anti-éolien par principe mais opposé aux projets qui nuisent aux riverains et au patrimoine particulièrement riche de notre département. La vocation du CAC est de protéger les Bourbonnais et le Bourbonnais.

Puis il a donné quelques chiffres :

  • Le collectif est constitué de 25 associations qui luttent contre plus de 70 projets à des stades plus ou moins avancés,
  • 36 promoteurs différents qui viennent des quatre coins de la planète (Danemark, Allemagne, UK, Espagne, Canada, Chine…)
  • Le gisement éolien faible dans l’Allier qui force les promoteurs à implanter des machines géantes entre 200 à 240m de haut.

Les revendications du collectif sont :

  • Eloigner les éoliennes des habitations d’une hauteur de 10 fois la hauteur du mât afin de préserver la santé des riverains. La loi fixant l’éloignement à 500m date de 2011 et n’est plus adaptée aux machines actuelles.  Les nuisances sonores supportées par les riverains du parc éolien de Viersat Quinssaines mis en exploitation en octobre 2020 et pour lesquels la situation n’a pas évolué d’un iota. Les services de l’état étant incapable de garantir leur sécurité sanitaire à ce jour.
  • Promouvoir d’autres EnR adaptées à notre département comme les micro-centrales hydroélectriques, la biomasse ou le photovoltaïque sur toiture,
  • Enfin faire vivre la démocratie locale en demandant leur avis aux habitants des communes concernées par un projet éolien avant tout accord de l’équipe municipale.

Puis le micro est passé au président du conseil départemental de l’Allier Claude Riboulet qui était accompagné d’une quarantaine d’élus. Il a précisé en introduction « nous sommes tous pour les énergies renouvelables, mais pas n’importe lesquelles, celles adaptées et proportionnées à notre territoire, fondées sur la valorisation de ressources locales dont nous disposons comme la biomasse, l’hydroélectricité, le photovoltaïque (à condition qu’il n’empiète pas sur les usages agricoles). 

Les richesses naturelles, paysagères, architecturale de l’Allier font partie de notre patrimoine commun et de nos plus beaux atouts. Lorsque l’éolien sera beau dans le parc du Château de Versailles, au large de Cannes, du Mont Saint-Michel… ça sera beau chez nous. Tant que c’est moche là-bas, c’est moche aussi chez nous ! »

L’assistance a validé à l’applaudimètre le Manifeste de Charroux qui sera mis au vote lors de la prochaine séance du conseil départemental dans un mois, permettant ainsi de le mettre en visibilité au niveau national et de proposer au législateur les quatre revendications qui le composent :

  • La règle du 10H permettant d’éloigner les riverains des machines de 10 fois leur hauteur. Cette proposition avait déjà fait l’objet d’une motion du conseil départemental de l’Allier en octobre 2019 voté à l’unanimité
  • Respecter la démocratie locale en demandant aux habitants des communes qui sont en co-visibilité de parc potentiel de pouvoir s’exprimer sur le projet par référendum avant tout commencement de projet
  • Mise en place d’un fonds de garantie de la valeur patrimoniale alimenté par les promoteurs. Ce fond permettra de combler la perte de valeur des biens immobilier en cas de dépréciation lié à la présence d’un parc. Claude Riboulet d’argumenter « ils (sic les promoteurs) ne perdraient pas d’argent, en effet leurs études montrent que la présence d’un parc ne diminue pas la valeur d’un bien, ça ne leur coutera rien ! »
  • Enfin, les promoteurs devront respecter l’Atlas des paysages en cours d’élaboration avec les services de l’état.

Le manifeste du président a suscité un grand enthousiasme dans le public qui attendait une prise de position forte de celui qui a déjà su montrer sa détermination en matière de protection du Bourbonnais.

Vous trouverez un extrait du discours du président Riboulet plus bas.

Le Manifeste de Charroux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

15 + seize =